« Talking to Peasants: Language, Place and Class in British Fiction 1800-1836 » – Jane Hodson

Dans sa communication intitulée « Talking to Peasants: Language and Place in British Fiction 1800-1836 », Jane Hodson nous montre ce qu’il se passe lorsque des personnes de familles aisées vont à la rencontre du peuple et tentent d’initier une conversation. Au XIXe siècle, la question du dialecte devient importante et la publication de livres de grammaire renforce l’idée suivante : « how we speak is who we are ». Le langage devient un reflet de l’identité, de l’origine géographique et de la classe sociale. Mais jusqu’à récemment l’étude des dialectes dans la fiction du XIXe était limitée à quelques auteurs canoniques tel que Walter Scott, ce qui donnait lieu à un point de vue très uniforme de l’utilisation et de la représentation des dialectes. C’est ce qui a donné envie à Jane Hodson d’approfondir ce thème de recherche.

Au début du XIXe siècle, les dialectes dans les romans anglais sont utilisés pour représenter des personnages peu éduqués censés amuser les personnages de classe plus aisée et le lecteur ; nombre de romans écrits du point de vue de personnes aisées sont ainsi très condescendants vis-à-vis du peuple et son langage, qui ne correspond pas à la norme des livres de grammaire. Mais l’apparition du « metalanguage » à partir de 1830, offre une nouvelle dimension aux romans. Désormais, le langage n’est plus seulement le reflet de l’identité de l’autre mais de sa propre identité, puisque la façon qu’ont les personnages de réagir au langage de l’autre reflète également cette identité et peut donc faire des personnages de bonnes ou de mauvaises personnes suivant qu’ils respectent cette différence ou au contraire la méprisent (lorsqu’ils sont confrontés au langage – jugé presque barbare – du peuple). En effet, avec la publication des Lyrical Ballads et la préface de Wordsworth, ainsi qu’avec les poètes romantiques en général, on assiste à une revalorisation des dialectes comme étant une langue plus pure, plus proche de la nature, et plus vraie du peuple, que les élites doivent respecter. Les romans du XIXe siècle créent donc un entrecroisement d’identités et de modèles éthiques à travers l’utilisation des dialectes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.