27/01/22 – Constantin Bobas: « Dimensions politiques de l’exil en temps de crise dans les cultures méditerranéennes contemporaines – réversibilités grecques du récit »

Constantin Bobas est professeur en études néo-helléniques et interculturelles à l’Université de Lille et Vice-Doyen en charge de la recherche à la faculté Langues, Cultures et Sociétés. Il est l’auteur, entre autres, d’Histoires fictionnelles, récits historiques. Lectures littéraires, relations intertextuelles (Éditions Govostis, Athènes 2021), d’Espaces d’une utopie, lieux d’une réalité. Textes sur la littérature, (Editions Govostis, Athènes 2020), et de Recherches sur la poétique de T. K. Papatsonis, (Histoire et esthétique) (Septentrion Presses Universitaires, Villeneuve d’Ascq 1998). Il a également dirigé l’ouvrage Mondes Méditerranéens : perceptions et transformations de l’espace en partenariat avec l’École Française d’Athènes qui paraîtra en 2022 aux éditions Peter Lang.

Afin d’introduire son sujet, Constantin Bobas a présenté plusieurs éléments généraux sur l’exil. Il a évoqué l’étymologie du mot, issue du latin exilium « hors du sol » et du grec « hors des limites ». Ces définitions peuvent se référer aux limites d’un pays comme conditions de l’exil et impliquent le départ d’un lieu que l’on quitte vers un « pays d’accueil ». L’exilé doit construire de nouveaux rapports avec ceux qui habitent la terre d’accueil et alors, traverser ces frontières. M. Bobas introduit aussi un autre concept clé : l’hospitalité, qui correspond au degré d’acceptation de l’exilé dans une société donnée. Le processus d’intégration est parfois difficile pour certaines catégories d’exilés. Le statut de l’exilé peut s’exprimer à travers un grand nombre de mots qui correspondent à des situations sociales et/ou politiques différentes : immigré, migrant, réfugié, demandeur d’asile, etc. L’exil invite à réfléchir sur la manière dont un étranger se définit et sur la façon dont les autres le définissent. Ces conditions sont souvent dépendantes de la proximité et/ou de l’éloignement avec la terre d’origine et la terre d’accueil. Constantin Bobas a fait référence à l’essai d’Alexis Nouss, La condition de l’exilé (2015), dans lequel il propose de considérer les migrants comme des exilés. Il explique qu’il faut dépasser la catégorie des migrants, chiffres, statistiques, politique de gestion afin de montrer la diversité des parcours individuels et collectifs qu’il qualifie de « condition exilique ». Aujourd’hui, les exilés n’ont pas un objectif d’installation permanent. Constantin Bobas a affirmé qu’il n’y a plus de migrants au sens premier de quelqu’un qui partirait d’un endroit pour rejoindre une destination précise. Le terme exilé convient mieux aujourd’hui pour décrire les migrants, car il désigne simplement celui qui migre et qui arrive « quelque part ». 

Le terme « exilé » possède une connotation positive en français car il s’inscrit dans une lignée politique et culturelle majeure. Il peut être pensé en lien avec le principe d’état-nation basé sur l’identité et la cohésion d’un groupe d’individus. A partir de ce principe, Constantin Bobas s’est référé au processus de « déterritorialisation » pour décrire l’expérience de l’exilé sur une terre d’accueil. Il emprunte le concept à Gilles Deleuze et Félix Guattari et met en avant la nécessité de s’exiler de notre condition intérieure pour mieux comprendre celle de l’exilé. En outre, ce processus implique une « reterritorialisation » que l’on peut interpréter comme la possibilité pour l’exilé de construire une nouvelle vie et une nouvelle histoire sur le territoire d’accueil. 

La déterritorialisation accentue le lien entre la notion d’exil et la littérature.  Constantin Bobas a montré que la littérature représente la terre de l’exilé : le texte littéraire nous oblige à sortir de notre condition intérieure et nous pousse dans la condition de l’exilé. Il examine le rapprochement entre littérature et exil dans le contexte de l’espace méditerranéen et plus particulièrement le cas de la Grèce. L’histoire de la modernité grecque reflète les valeurs humanistes occidentales. Le XX siècle est caractérisé par les sociétés de masse et à la technique apparaît comme le moyen exclusive pour satisfaire les besoins sociétaux. Comme les autres sociétés occidentales, la Grèce a évolué vers une démocratisation progressive mais a conservé une culture spécifique. Dans ce déséquilibre entre modernité et singularité, on peut qualifier la condition du pays comme exilique, comme un espace de l’entre-deux. L’espace grec est également un lieu touché par la crise. Constantin Bobas a montré que la société s’est disloquée à cause de la crise financière et a vu naître des visions extrémistes. Bertolt Brecht souligne que le fascisme est l’expression de la démocratie par temps de crise, exposant la désagrégation du tissu social et transformant l’étranger en cible privilégiée des mouvements extrêmes. 

Constantin Bobas a proposé plusieurs œuvres pour examiner comment l’art présente une nouvelle approche du territoire grec comme lieu d’exil. Il a d’abord évoqué l’analyse de Walter Benjamin du tableau Angelus Novus réalisé par Paul Klee en 1920. Benjamin explique que dans ce tableau, l’ange symbolise l’Histoire. La position des ailes ouvertes représente la lutte contre la force d’une tempête associée au progrès. Benjamin pense le progrès comme empêchant un regard sur le passé et sa mise en ordre pour en tirer des leçons et proposer des agissements nouveaux. Constantin Bobas articule un parallèle entre cette analyse et la Grèce. Il souligne que les crises économiques systémiques sont une conséquence directe du progrès : elles enrayent le pays dans sa quête d’une meilleure stabilité et renforcent la fracture sociale. Cependant, la figure du poète permet d’offrir de nouvelles perspectives : dans sa condition d’exilé, le poète rentre dans la tempête et offre la beauté des ruines du passé. Il mobilise un regard extérieur pour repenser les crises. 

Le corpus est composé des travaux de trois artistes qui ont réfléchi sur le thème de l’exil en lien avec la Grèce et la modernité. Le roman policier Épilogue meurtrier (2015) de Petros Markaris raconte les assassinats des migrants à Athènes revendiqué par les « grecs des années 1950 ». Ce groupe de meurtriers est en réalité issue de la deuxième génération d’immigrés d’albanais en Grèce, exprimant une véritable haine envers les migrants. Le roman raconte l’attache des migrants à leur terre d’accueil et déplace la charge sémantique du terme « Autre », affirmant ainsi que ceux qui accueillent les migrants sont les étrangers. M. Bobas a précisé que le roman policier méditerranéen (aussi présent en Italie, en Espagne et en France) est proche du roman social et affiche une acuité politique pour décrire une situation de crise impossible. 

La seconde œuvre est le film Xenia (2014) réalisé par Panos H. Koutras. Il met en scène l’histoire de deux frères migrants issus d’une mère albanaise et d’un père grec absent. Après le décès de leur mère, les deux frères décident de partir à la recherche de leur père pour avoir la nationalité grecque. Constantin Bobas a diffusé une séquence dans laquelle les deux frères occupent un hôtel abandonné, reflétant la transformation du pays et sa chute sur fond de crise financière. La scène montre comment le lieu est réinventé par ceux qui sont censé recevoir l’hospitalité. Elle met également en avant une réflexion sur l’altérité dans un contexte intersectionel : le personnage de Danny incarne plusieurs minorités car il est issu d’une famille albanaise pauvre, il est illettré et homosexuel. Néanmoins, le dialogue des deux frères exprime leurs espoirs, leurs rêves et projets futures soulignant leur désir absolu de vivre. Le film affirme que se sentir étranger partout donne la possibilité de se sentir partout chez soi.

Finalement, Constantin Bobas nous a présenté le travail de Wajdi Mouawad à travers la mise en scène Les Larmes d’Œdipe (2016). Cette performance artistique permet une réflexion sur les conditions contemporaines de la Grèce et raconte le retour du personnage éponyme avec sa fille Antigone à Athènes. Œdipe rencontre Coryphée dans un théâtre antique et elle lui apprend que la Cité est en colère : la police a assassiné un jeune garçon pendant une manifestation, un évènement qui intervient dans le contexte d’une crise financière. Le temps mythique est alors superposé au temps de la crise contemporaine pour réfléchir sur le conflit à partir du texte littéraire. Ainsi, le personnage d’Œdipe déclare : 

« Dis alors aux gens de ton pays combien les dieux ont confiance en eux et qu’il est juste de se révolter contre l’injustice à l’œil unique, surtout lorsque cette injustice se pare des habits de la justice, des règles, des lois, de l’argent et du pouvoir. Qu’ils fassent entendre la puissance de leurs voix et la joignent aux appels de leur semblables, les autres, les étrangers, les exilés qui fuient leur terre pour trouver ici un salut. Qu’ils fassent cela et alors, de cité en cité, de pays en pays, d’une époque à l’autre, ils entendront enfler la clameur de la jeunesse dont la fraternité sonnera comme un puissant appel à la liberté ».[1]

Constantin Bobas a conclu sa présentation en affirmant que l’art est une force créatrice qui transforme les limites (ou frontières évoquées au début de la séance comme condition de l’exil) en ligne de fuite que nous partageons ensemble. Le corpus a mis en avant les possibilités de représenter la condition exilique et propose une nouvelle définition du migrant dans le contexte de la Grèce contemporaine. 

Pendant la séance des questions, une auditrice a remarqué l’importance des espaces liminaux dans le corpus, et notamment un lien avec l’Odyssée et le motif de la mer. Dans la mise en scène de Wajdi Mouawad Inflammation du verbe vivre (2018), c’est la descente dans le monde des morts qui apparaît comme un espace liminal. L’auditrice a donc demandé quel rôle jouent ces espaces dans la littérature pour penser l’exil. Constantin Bobas a expliqué que l’œuvre de Mouawad est d’abord un hommage à son ami disparu Robert Davreu (1944-2013, il était poète, écrivain et traducteur français) lorsqu’ils élaboraient ensemble le projet de monter les tragédies de Sophocle. L’artiste a travaillé sur les notions du deuil, de l’ébranlement et s’inspire de l’épisode d’Ulysse au royaume des morts. L’espace liminaire ici permet un dialogue entre le monde des morts et des vivants : Ulysse incarne la figure de l’exilé et obtient les réponses du devin Tirésias sur son retour à Ithaque. Ulysse représente aussi le premier exilé puisque l’Odyssée est un texte fondateur dans notre culture occidentale. La réécriture littéraire de la figure d’Ulysse présente l’exil comme un moment de révélation, révélant aussi le potentiel créatif de cette condition exilique pour l’artiste. 


[1] W. Mouawad, Les Larmes d’Œdipe, Leméac/Actes-Sud, Arles 2016., pp. 39-40


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search