“Américanisme et anti-américanisme: le débat des intellectuels italiens entre les deux guerres (Borgese, Soldati, Cecchi et Vittorini)” – Camilla Cederna

Dans sa communication qui s’intitule « Américanisme et antiaméricanisme dans la culture italienne entre les deux guerres », Camilla Cederna s’interroge sur la place qu’occupe la culture américaine au sein de la culture italienne. L’Amérique se voudrait symbole de liberté et de pensée antifasciste, mais c’est une image plus nuancée que décrit Cesare Pavese, un des auteurs majeurs du XXe siècle, qui représente les Etats-Unis comme un univers féroce et non civilisé. La publication en 1941 de l’anthologie Americana grâce à Elio Vittorini – et notamment sa préface – renforce l’idée d’une Italie teintée d’un profond sentiment antiaméricain et d’une idéologie fasciste. Les Etats-Unis sont dépeints, de façon parfois paradoxale, comme pays à la fois barbare et moderne, matérialiste et humaniste, où la violence et la criminalité règnent. C’est l’échec du « melting pot » américain que cherche à mettre en avant la littérature italienne.

Pour l’écrivain Mario Soldati, qui publie en 1935 America primo amore, la distance entre l’ancien et le nouveau monde est infranchissable et les Italiens qui arrivent aux Etats-Unis ne sont plus que des êtres hybrides. Emilio Cecchi, dans son œuvre America Amara (1939), dénigre, lui aussi, tous les aspects de la culture américaine : les gratte-ciels, les musées, la littérature, les intellectuels etc. Il met son travail au service du fascisme et cherche à montrer que le « melting pot » serait la cause de la dégradation de la race anglo-saxonne. Giuseppe Antonio Borgese, quant à lui, s’oppose à ses contemporains. Professeur de littérature à Turin et à Milan, il est persécuté par des groupes fascistes qui le forceront à quitter l’Italie pour les Etats-Unis. En 1931, il refuse de signer le serment au fascisme et revendique son acte dans deux lettres adressées à Mussolini. Borgese se démarque en pensant l’appropriation de la culture américaine en lui-même, et non l’inverse. Il insiste sur la dualité de l’exile et défend le « melting pot ». En 1952, il retourne en Italie où il meurt peu de temps après, et la même année, il est proposé comme candidat au Prix Nobel de la paix.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.