“Beckett and France: the politics of multi-lingualism” – Jean-Michel Rabaté

Dans sa communication intitulée « Beckett and France: the politics of multi-lingualism », Jean-Michel Rabaté évoque le rapport de Beckett à la langue dans l’écriture de ses œuvres. Grâce à la récente publication de textes de l’auteur jusque-là ignorés, c’est un nouveau Beckett qu’il nous est donné de voir depuis une dizaine d’années. La difficulté de ces textes réside dans leur bilinguisme. Rarement satisfait de son travail, la traduction que fait Beckett de ses propres textes en altère grandement le contenu et la longueur. Pour lui, écrire en français est une façon de s’affranchir du style, ce qui, en cela, rappelle l’écriture de Louis-Ferdinand Céline. Témoin de l’Holocauste, l’œuvre de Beckett semble faire écho, plus que celle de Joyce, à des moments de drame et de catastrophe.

Bien que la pièce « En attendant Godot » – écrite en français puis traduite par l’auteur lui-même – soit devenue un classique du modernisme, Beckett refuse l’appellation de « Kafka irlandais ». Les œuvres de Kafka se caractérisent par le combat d’un seul homme contre quelque chose, alors que pour Beckett la pluralisation des personnages et l’antagonisme dominent et teintent ses textes d’une certaine forme de cynisme et de nihilisme. Pour lui, la peur réside, non pas dans la menace de la bombe atomique, mais dans l’avortement possible de la mort. La question qui se pose aujourd’hui est celle de la traduction des textes de Beckett, notamment en chinois, qui est rendue complexe par le bilinguisme de l’auteur. Son œuvre apparait alors comme difficile à saisir dans son intégralité, à moins de maîtriser, tout comme Beckett, ce va-et-vient entre les langues.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.