“Littérature et l’empreinte mémorielle du SIDA (1981-1996)” – Mathieu Duplay

Dans son intervention du 7 février sur l’empreinte mémorielle du sida, Mathieu Duplay s’est intéressé à l’œuvre de l’écrivain américain Allen Barnett. Emporté par le sida en 1991 à l’âge de trente-six ans, il est l’auteur d’un unique recueil de nouvelles, publié en 1990 : The Body and its Dangers, qui connut un succès critique comme de librairie, puis fut oublié des lecteurs et de la critique. Selon Mathieu Duplay, les six nouvelles de ce recueil composent une mosaïque ; à travers ces récits elliptiques, Allen Barnett redonne à ses personnages le statut de sujets et non plus seulement de malades ou d’homosexuels, et renverse la hiérarchie entre le dicible et l’indicible. Il s’agit de contester le silence, voire le mépris affiché des autorités face à la maladie dans les années 1980.

A travers une intertextualité foisonnante et des références classiques et historiques, telles qu’une épidémie de peste ayant sévi à Rome sous le pape Grégoire le Grand et pour laquelle une inaction similaire des autorités a pu être constatée, Allen Barnett interroge le rapport à la communauté, à la mort et à l’oubli. Comme le dit l’un de ses personnages, un jour, le sida pourrait bien devenir « a manageable chronic condition, » ce qui est en effet le cas aujourd’hui lorsque cette maladie est correctement prise en charge. Ce n’est donc pas seulement aux personnes de son époque qu’Allen Barnett parle à travers ce recueil, mais bien aussi à nous, à ceux d’après. Il s’agit ici de redonner la parole aux morts pour qu’ils parlent aux vivants, de créer une « democracy of the dead » selon l’expression de Chesterton, écrivain anglais du XXe siècle. Allen Barnett lui-même nous parle, à travers ses personnages et ses histoires. D’après Mathieu Duplay, ce n’est donc plus tant la mort de l’Auteur décrite par Barthes à laquelle il convient de réfléchir, mais bien la mort de l’auteur avec un petit « a »: l’homme, celui qui aurait pu vivre et écrire d’autres œuvres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.