“La poésie abolitionniste” – Hélène Quanquin

Lors de son intervention le 25 avril 2019 dans le cadre du séminaire « Politique de la littérature » et du séminaire « Les Amériques », Hélène Quanquin a évoqué la poésie abolitionniste à travers la figure de William Lloyd Garrison. Ce dernier était un abolitionniste (blanc) militant et rédacteur en chef du Liberator, un journal hebdomadaire publié pour la première fois en 1831 et qui compta plus de 1800 numéros. Le journal, qui publie des auteurs noirs-américains et des femmes (la rubrique « Ladies department » est réservée à ces dernières) prend position contre l’esclavage à travers articles et écrits littéraires. La poésie publiée par The Liberator est donc engagée, trop peut-être selon le fils de Garrison, Wendell Phillips Garrison, qui trouve les poèmes écrits par son père « too conditioned by the reformer’s needs. » Même un poème pour célébrer la naissance de son premier enfant devient en effet une réflexion politique sur les enfants qui, eux, sont nés esclaves (sans compter que la plupart des enfants de Garrison ont des prénoms qui sont ceux d’amis abolitionnistes).

Cependant, William Lloyd Garrison n’est pas une exception : la poésie est très courante avant la guerre de Sécession, et elle fait partie de la vie quotidienne. Et contrairement aux idées de son fils, William Lloyd Garrison la conçoit comme un moyen légitime d’expression politique : elle doit être lue parmi les articles qui l’entourent dans le numéro et non dans un recueil. Plus qu’une forme d’expression artistique, elle est une forme d’engagement avec le monde et un mode d’action. Garrison a été fortement inspiré par la poésie romantique et l’image des poètes martyrs comme Byron. Il semble donc logique que sa poésie soit un engagement à part entière dans la lutte pour l’abolition de l’esclavage.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.