Présentation de l’ouvrage L’Arpenteur vagabond : cartes et cartographies dans l’œuvre de l’écrivain américain Henry David Thoreau” – Julien Nègre

Lors de sa communication du 3 octobre 2019, Julien Nègre a présenté son livre L’Arpenteur vagabond : cartes et cartographies dans l’œuvre de l’écrivain américain Henry David Thoreau. Son ouvrage s’intéresse au lien intime qui lie la pratique de la cartographie et l’écriture dans les œuvres de l’auteur, et propose une relecture de celles-ci au prisme des cartes dont elles sont illustrées. Au cœur de l’analyse de Julien Nègre se trouve le rapport qu’entretient l’individu avec un espace donné. La manière de penser les cartes chez Thoreau est directement liée au contexte des Reforms d’avant la guerre de Sécession dans lequel il évolue, et qui visent à améliorer la société. Il s’agit aussi d’une période charnière de la construction du territoire américain puisque celle de l’expansion territoriale accélérée en direction de l’Ouest, grâce à laquelle le territoire acquiert sa forme actuelle.

Cette étude de l’écrivain-cartographe utilise particulièrement la théorie de la cartographie et la position à adopter face à celle-ci. Il s’agit d’une position critique qui permet d’appréhender les cartes, non pas comme un outil impérialiste cherchant à véhiculer la pensée dominante, mais bien comme des outils qui évoluent de manière permanente. Ainsi, on ne considère plus les cartes comme étant reçues de manière passive par l’auteur qui se dresserait contre elles, mais comme un outil profondément lié au texte littéraire. L’ouvrage de Julien Nègre propose une promenade à travers une grande partie de la production de Thoreau de 1840 à 1862 tels que ses récits d’excursions (Walden, Maine Woods et Cape Cod), mais également ses essais polémiques et textes sur la nature dans lesquels il complète des cartes en mettant les éléments négligés au premier plan. L’auteur montre alors que l’écriture de Thoreau se base sur une expérience de l’espace donné ainsi que sur des sources variées qu’il s’approprie donnant lieu à un travail de perception. L’auteur nous apprend que ce qui compte dans les écrits de Thoreau, est de donner à voir l’invisible à travers un questionnement du visible.

Finalement, l’œuvre de Thoreau peut se résumer à l’expression to put something on the map car elle permet de mettre en lumière ce qui ne l’était pas auparavant.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.