« fl: Reflexions on Life Abbreviated » – Nicholas Royle

Il est un peu difficile de rendre compte de l’intervention de Nicholas Royle du jeudi 7 novembre tant la forme de celle-ci était inattendue. Celle-ci s’intitule « fl : Réflexions on Life Abbraviated » et il faut attendre la fin pour comprendre réellement ce que signifient ces deux lettres que Royle prononce « fle ».

Ainsi commence-t-il par nous parler de son père afin de procéder à une définition de « fl ». Son père, qui, lorsque son fils lui demanda ce qu’il était, répondit « flourished ». Cela fut comme une révélation pour Royle qui alors se mit à penser l’existence à partir de ce mot. « flourished » semble alors un des mots correspondant à l’abbréviation « fl ». La vie, « life » et donc, possiblement, « fl », se résumerait à cette notion, « flourishing ». Il ne s’agirait donc pas d’être « born » mais bien d’avoir « flourished » en ce monde. Une abbréviation pour la vie d’une personne appartenant à un futur antérieur et rappelant les métaphores éteintes de Derrida. Mais c’est en reprenant l’origine latine du mot « flourish », « florare » qui se rapporte à la nature et la manière dont celle-ci s’épand. L’être humain serait alors lui aussi dans une dynamique de fleurissement et sa vie se résumerait à cela, comme celle d’un arbre par exemple. « fl » est une notion clé pour les extinction studies dont la visée est de penser de nouvelles manière de questionner la domination de l’être humain sur son environnement. En effet, « fl », or « flourishing » se rapporte aux être humains mais également aux animaux non-humains. S’agirait-il de trouver une expérience commune dans les existences humaines et non-humaines ? Mais « fl » est également, et là se trouve une clé, une formation préverbale à partir de laquelle beaucoup de choses peuvent fleurir, ainsi Royle énonce-t-il une série de mots contenant ces deux lettres : flying, following, fumbling, flaring, flunching, flagging, flabbergasted. « fl » devient un endroit antérieur à tout sens déjà formé. Il ne s’agit pas de la fin d’une pensée mais bien du début de celle-ci.

Finalement, « fl » suggère la nécessité de parvenir à la création de nouvelles descriptions, de nouveaux mots et verbes peut-être, potentiellement de nouveaux sons également de sorte à penser le monde dans lequel nous vivons. Un monde qui demande aux être humains de se rapprocher de la nature qui l’entoure afin de peut-être, (re)commencer à « flourish » ensemble, être humains et animaux non-humains.