« Günter Kunert ou l’engagement en poésie : censure, mensonge, subversion » – Martine Benoit

Lors de son intervention initulée « Gunter Kunert ou l’engagement en poésie : censure, mensonge, subversion », Martine Benoit nous invite, à travers une analyse de l’œuvre du poète Günter Kunert, à nous interroger sur les conditions de la création au milieu de la censure étatique et sur la poésie comme média spécifique afin de la contourner,. Né dans une famille de mère juive dans ce qui deviendra la République Démocratique d’Allemagne, il est un des espoirs de celle-ci. Mais la déchéance de nationalité du chanteur-poète Birman après son concert en RFA le fait entrer en dissidence. Parce qu’il compare le régime de la RDA au 3ème Reich, il est obligé de quitter la RDA et la Stasi l’observe pendant 20 ans.

Afin de pouvoir être publiée sous le régime qui censure, il est nécessaire que l’œuvre remplisse un certains nombre de prérequis. Ainsi, il s’agit de produire une littérature qui véhicule un engagement politique contre la République Fédérale d’Allemagne. Le danger que la littérature peut potentiellement représenter pour le régime est reconnu et c’est pourquoi toutes les étapes de la création des œuvres littéraires doivent être contrôlées et planifiées. Cela s’appelle la procédure d’autorisation à imprimer. Martine Benoit souligne que la censure a également des conséquences sur l’intériorité des auteurs.rices puisqu’iels se savent lu.e.s et observé.e.s et finissent par devenir leur propre censeur à force de se mettre dans la peau de celui-ci. De plus, puisque le public attend de la littérature qu’elle s’oppose au régime, elle devient un lieu de subversion dans lequel la publication ou la non publication joue beaucoup. Ainsi Günter Kunert met en place différents stratagèmes afin de contourner cette censure : humour et travestissement, ironie cinglante et directe, satire qui dénonce les travers du communisme et l’épigramme, arme suprême de la satire politique. L’épigramme publié dans la revue Diet Weltbühne en 1963 par Kunert fait apparaître la RDA comme un pays où la mort et la surveillance dominent. Il illustre également l’angoisse de l’auteur face à la réception de son écriture par le régime qui le surveille constamment. La figure de Heine et de l’Almanzor, publié durant une période de censure, permettent à Kunert d’attaquer le système de censure de la RDA. Une fois installé en RFA, Kunert écrit un texte dans lequel un censeur rencontre un certain G(oethe) et lui demande de l’aide pour faire publier son œuvre. Grâce à cette histoire qui se termine par l’exil de l’écrivain contre la publication, Kunert illustre les compromis auxquels la censure mène.

Finalement, l’œuvre de Gunter Kunert met en avant sa sensibilité et son intérêt prononcés pour l’évolution de l’humanité et l’avenir de l’homme qu’il explique par son héritage juif d’après la Shoah. Cet héritage, Günter Kunert l’évoquait en ces termes dans un discours prononcé en 1984 : « une sensibilité remarquable contre la destruction de l’environnement, contre l’armement, contre la corruption politique, contre les tentatives de censure – autrement dit cette sensibilité qui détecte derrière tout euphémisme officiel une propension à la violence et réagit contre elle. »

Vous pouvez lire un portrait général de Günter Kunert écrit par Martine Benoit en suivant ce lien : https://journals.openedition.org/germanica/8173 et un autre textes sur ses nouvelles : https://journals-openedition-org.ressources-electroniques.univ-lille.fr/germanica/242 .