11/02/2021: Brigitte Lefèvre, Le Journal intime de Nogami Yaeko (1885-1985).

Nogami Yaeko (1885-1985), traductrice, essayiste, romancière, est aussi l’autrice d’un journal intime tenu pendant 63 ans jusqu’à sa mort. Elle se rallie à la revue Seitô (1911-1916), première revue littéraire japonaise tenue par des femmes, avant de s’imposer sur la scène littéraire en 1922 avec Kaijin-maru (Le Neptune), œuvre qui met en scène des naufragés acculés au cannibalisme. Compagne de route du Parti communiste, elle décrit dans Machiko (1928-1930) roman éponyme s’inspirant d’Orgueil et préjugés de Jane Austen, les tiraillements d’une jeune intellectuelle partagée entre idéal révolutionnaire et conformisme. Meiro (Le Labyrinthe, 1936-1956) ) retrace l’itinéraire compliqué des intellectuels durant la guerre. Hideyoshi to Rikyû (1962-64), roman historique, relate le suicide du maître de thé Sen no Rikyû. La posture de Nogami Yaeko, oscillant entre engagement et non engagement, pourrait être assimilée à une forme de vigilance. Elle meurt dans sa centième année laissant inachevé son dernier roman, Mori (La Forêt) qui retrace ses années d’apprentissage dans l’école Meiji de jeunes filles à l’aube du XXe siècle.

Afin de justifier l’angle d’approche de son intervention, Brigitte Lefèvre l’a relié avec le thème du séminaire. Elle nous dit : « La littérature fait de la politique en tant que littérature, et parfois même sans faire exprès. En quoi la littérature est-elle capable, en tant que force de résistance autonome d’élaborer des contres pouvoirs ? En quoi créée t-elle un espace commun où se font et se défont les rapports sociaux ? » Brigitte Lefèvre nous a ensuite expliqué que la traduction représente un enjeu important car les japonais traduisaient les romans étrangers, tandis que leurs œuvres n’étaient pas traduites et jusqu’au XXe siècle le mouvement était donc unilatéral Cependant, la politique de la littérature n’était pas universelle au temps de Nogami Yaeko. L’autrice a d’ailleurs étudié dans un école tenue par des anciens guerriers, et y a suivi des cours d’arts martiaux et d’anglais, ce qui était assez rare pour l’époque.

Brigitte Lefèvre s’est appuyée sur un citation de l’autrice elle-même : « Oui cette plume est mon arme (…) elle est mon sabre. »

Écrire s’apparente alors au combat moral et spartiate, et cette corrélation entre le combat et le discours, qu’il soit oral ou écrit n’est pas anodin car en français, nous pouvons dire : « S’armer d’éloquence. ». C’est bel est bien la preuve que l’expression, et par extension l’écriture, est inhérente à une forme de combat, de résistance et de force. La métaphore du sabre reprend évidemment ces thèmes, tout en y ajoutant celui du combat contre le temps.

En effet, en littérature – mais pas que – l’histoire des femmes commence toujours par une histoire d’empêchement. Jusqu’en 1946, les femmes n’avaient pas le droit d’entrer à l’université, nous rappelle Brigitte Lefèvre. En ce qui concerne la réception des œuvres de Nogami Yaeko, les critiques ont dit que son écriture n’était pas assez féminine. C’est-à-dire que les critiques jugeaient que son écriture n’était pas assez élégante, sensible, douce…

Au Japon, la littérature – en particulier la poésie – est caractérisée par l’attribution d’une puissance naturelle aux mots. Dans sa préface, Kino Siayouki définit la vertu de la poésie comme trouvant son point d’ancrage dans le cœur humain, ce qui a le pouvoir d’apaiser le cœur des vaillants guerriers. De fait, la poésie se développe comme la nature et elle peut être comparée 0 des mousses qui se multiplient par prolifération. Elle est d’ailleurs utilisée pour pacifier la nation, et son importance est telle qu’un ministère a été créé afin d’honorer son existence.

Lors de son intervention, Brigitte Lefèvre a précisé ce que l’écriture d’un roman en japonais au XXe siècle impliquait.

Tout d’abord, il faut avoir en tête que le Japon a subi une reformation de la langue au début du XXe siècle. Cela a pris la forme de l’unification de la langue orale et écrite, ce qui n’était pas le cas avant. Il existe un japonais national : le kokugo que l’on apprend à l’école et fusionne l’écrit et l’oral et avec lequel les traductions des œuvres étrangères étaient réalisées. Les intellectuel·les sont en deuil du japonais écrit, proche du chinois et c’est comme s’ils devaient renoncer à la langue écrite.

L’on assiste à une asymétrie transnationale, comme évoqué plus haut, car leurs œuvres n’étaient pas traduites. Nogami Yaeko écrivait en pensant à un public plus large que le public national. Toutefois, il faudra attendre la fin du XXe siècle pour que les auteurs japonais soient systématiquement traduits. Paradoxalement, c’est grâce aux traductions des œuvres occidentales, que ces chefs-d’œuvre ont pu devenir mondiaux. Les romans de Nogami Yaeko sont lus tout en circulant dans un monde plus vaste. Ainsi, l’autrice devient mondiale lorsqu’elle voyage dans une culture et une langue étagère. Ce phénomène n’est pas rare, car un artiste de renommée mondiale comme Kawabata a d’abord reçu le titre de littérature grâce à ses traductions.

Nogami Yaeko a quant à elle commencé en tant que traductrice. Elle traduit notamment des contes pour enfants dans la mesure où il fallait les éduquer, leur apporter la littérature étrangère comme La Confesson d’un enfant du siècle de Musset ou encore les contes d’après Shakespeare, mais aussi Pride and Prejudice de Jane Austen. Pour traduire, elle essaye de comprendre la logique d’écriture pour la réécrire en japonais.

Son roman Le Neptune (1922) est né de la rencontre ente un fait divers et son assimilation des mythes grecques et romains. A partir de cela, elle donne une dimension mondiale de son roman qui sera peu compris par ses contemporains. Après coup, Le Neptune créé des chemins de pensées inédites. Le roman de Nogami Yaeko illustre la littérature comme «Care » (anglais : soin, mais qui reste intraduisible en tant que concept en français) qui tente de comprendre les traumatismes collectifs et individuels. La genèse du roman est un fait divers qui relate l’histoire d’un bateau emporté par le vent et après cinquante-neuf jours de détresse les naufragés sont secourus. Il ne reste que très peu de survivants : le mousse qui meurt suite à une mutinerie et dont le corps a été jeté à la mer et le capitaine du bateau qui rend compte des ces jours passés sur le bateau. Par ailleurs, l’écrivaine intègre un personnage dans une vision humaniste, relate de manière franche et directe le naufrage, la mutinerie, le meurtre, la reprise en main du capitaine, le sauvetage et la déposition du capitaine du bateau.

Dans la préface du livre, le lectorat apprend qu’après le naufrage, les maîtres et maîtresses de maisons ne posent pas de questions aux domestiques par peur de faire remonter des souvenirs douloureux. C’est donc un lourd secret, mais surtout un lourd silence qui pèse sur cet événement. Dans son écriture, Nogami Yaeko a respecté les faits, mais elle a ajouté des détails, en particulier la mise en scène de la dynamique du secret qui devient essentielle. Par ailleurs, il arrive que l’autrice se contredise car elle évoque Hugolain de la Divine Comédie de Dante. En effet le roi de Pise a été enfermé dans la tour et il a mangé le corps des enfants morts avant lui. Or, le mousse n’a pas été victime de cannibalisme puisqu’il a survécu. Dans tous les cas, ces associations d’idées montrent que l’autrice avait pressenti la vérité : le cannibalisme a été pressenti mais il n’a pas été explicitement évoqué et pour cause : la vérité est inassimilable.

Le bateau est alors transformé en véritable théâtre de la conscience.

Cette œuvre a marqué les esprits car c’est une femme qui a écrit et elle met en scène des hommes s’exprimant dans une langue très virile.

En 1922, une interprétation morale est donnée : comment le capitaine vertueux a pu ne pas commettre le cannibalisme. Certains ont donné une interprétation sociale, d’autres prolétarienne en évoquant la construction d’une pensée collective. Une réception féministe a vu le jour, elle y mentionnait la colère féministe, le combat de la faim et la puissance des hommes y compris dans le monde littéraire. On a reproché a Nogami Yaeko son coté trop idéaliste car elle a été influence par la mythologie grecque qui ne correspondait pas à la culture japonaise, faisant du livre un roman trop rationnel.

Nogami Yaeko écrit une suite en 1968 car cinquante-et-un ans après les faits, elle a été contacté par le capitaine qui a secouru les naufragés. Ils se rencontrent avec l’éditeur et le capitaine lui raconte ce qu’il a vu. Elle apprend qu’un des survivant était bien plus costaud que les autres, tandis que les autres survivants étaient cadavériques. L’autrice reste évasive et se contente de décrire qu’il y a eu cannibalisme. Le caractère ambiguë de la situation tient dans le fait que tout le monde a menti par pudeur, et que ce mensonge fait partie inhérente de la vérité. Ainsi, l’autrice écrit une fiction réaliste qui respecte cette vérité-mesnonge qui permet de continuer à vivre, même si cela implique d’effacer la vérité du cannibalisme.

Lors d’une conférence, Brigitte Lefèvre a discuté avec l’intervenante pour lui évoquer la possibilité du cannibalisme ce que l’intervenante avait nié. Un an plus tard, les deux intellectuelles se rencontrent à nouveau et la critique lui explique qu’effectivement tout le monde savait que le cannibalisme avait eu lieu à bord du bateau.

Ce qui choque c’est que dans la littérature japonaise, il y a beaucoup de non-dits et là son roman paraît trop cru. L’autrice a d’ailleurs été critiqué parce qu’elle a trop voulu se rapprocher de la littérature occidentale, même si elle redonne des noms japonais à des réalités occidentales ou remplace des silences par un dialogue qui est occidental.

Dans le cadre des questions, une auditrice a demandé si la littérature inclut le non humain dans la sphère politique ou dans la communauté. L’intervenante a répondu que cela échappe à notre construction rationnel d’un roman. Ici, il n’y a pas de fin, il y a juste une abondance végétale suscitée par des jeux de mots, ou l’usage de mots au sens figuré. Brigitte Lefèvre a alors expliqué que dans le dernier roman de Nogami Yaeko intitulé La Forêt, les mots prolifèrent comme des feuilles, par collages et/ou associations.